Conseillère ou conseiller en sécurité, enquêtes et services judiciaires

Accueil
Choisir la fonction publique
Domaines d'emplois  Justice et protection du public  Conseillère ou conseiller en sécurité, enquêtes et services judiciaires

Choisir la fonction publique

En recrutement. Consultez l’appel de candidatures. Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. Ce site peut comporter des obstacles à l'accessibilité.

Vous rêvez d’un emploi dans le domaine de la justice et de la protection du public qui vous permet d’être au cœur de l’action et de relever de nouveaux défis? Un poste de conseillère ou conseiller en sécurité, enquêtes et services judiciaires pourrait vous intéresser.

Cet emploi peut vous amener à occuper l’une des fonctions suivantes :

Inspectrice ou inspecteur des services de police

Les inspectrices et inspecteurs des services de police évaluent le fonctionnement administratif et opérationnel, le respect des lois, des règlements et des pratiques en vigueur ainsi que l’efficacité et l’efficience des organisations policières. Par la réalisation de leurs mandats d’inspection, ils contribuent à rehausser le degré de professionnalisation des organisations policières et à améliorer les pratiques de ces dernières. Par leur recherche et leur analyse, ils participent à l’élaboration des thèmes d’inspection et vérifient les activités des services de police, notamment en effectuant des entrevues et en vérifiant les rapports, les registres et les données accessibles sous toutes les formes. Enfin, ils rédigent des rapports, formulent des recommandations qui visent à résoudre les problèmes constatés et qui favorisent l’amélioration des pratiques et en effectuent le suivi. Ces postes nécessitent des déplacements fréquents.  

Conciliatrice ou conciliateur et agente ou agent de relations de travail

Les conciliatrices et conciliateurs et les agentes et agents de relations de travail interviennent, à titre de tierces personnes neutres et impartiales, dans la recherche du règlement de litiges. Leur action vise à amener les parties à régler à l’amiable le litige qui les oppose, et ce, dans le respect de la loi. Leur intervention en conciliation repose sur une approche de résolution des conflits basée sur la recherche des intérêts des parties et favorise la déjudiciarisation des litiges.

Enquêtrice ou enquêteur en déontologie policière

Les enquêtrices et enquêteurs en déontologie policière effectuent les enquêtes décrétées par le Commissaire à la déontologie policière, en vertu de la Loi sur la police, à la suite d’une plainte déposée. Cette plainte doit être relative à la conduite d’une agente ou d’un agent de la paix, et ce, dans l’exercice de ses fonctions, laquelle conduite constitue un acte dérogatoire au Code de déontologie des policiers du Québec. Ils procèdent à une analyse exhaustive de la plainte. Ils cherchent et recueillent toutes les informations pertinentes pour reconstituer les faits et, ainsi, rédiger un rapport détaillé et formuler des recommandations au Commissaire. Les recommandations soumises par l’enquêtrice ou enquêteur visent à assurer une impartialité dans les pratiques policières, pour garantir la protection du public.

Enquêtrice ou enquêteur

Les enquêtrices et enquêteurs réalisent des enquêtes criminelles en matière de corruption et de collusion, ainsi que des enquêtes pénales en matière de contrats dans le secteur public. Notamment, ils recueillent et analysent les informations pertinentes, examinent les circonstances de l’événement, planifient les actions à poser, rencontrent des témoins, les victimes et les plaignants et procèdent à l’arrestation et à l’interrogatoire des suspects. La sensibilité des différents éléments de preuve recueillis et l’appréciation qui doit en être faite peuvent avoir, dans la majorité des cas, des répercussions majeures sur certaines sphères de la société. De plus, ces éléments permettent au Directeur des poursuites criminelles et pénales d’entreprendre les procédures judiciaires.

Analyste en renseignements

Les analystes en renseignements réalisent des analyses en lien avec les demandes d’entreprises qui veulent être inscrites au Registre des entreprises autorisées. Ces recommandations transmises permettent à l’Autorité des marchés financiers d’autoriser ou non l’entreprise à contracter avec l’État. Cette fonction vise à assurer une saine gestion des fonds publics. De plus, les analystes réalisent des rapports de vérification et des schémas graphiques pour le commissaire associé, ses supérieurs ainsi que ses collègues vérificateurs, au besoin.

Conseillère ou conseiller en sécurité civile

Les conseillères et conseillers en sécurité civile agissent à titre d’interlocuteurs privilégiés auprès des municipalités, des MRC, des communautés urbaines, des entreprises privées, de ministères et de groupes de citoyens afin d’assurer la prise en charge des responsabilités inhérentes à la sécurité civile. Ils doivent réaliser des recherches, des études et des analyses qui permettront de conseiller adéquatement les partenaires concernés, notamment pour prévenir les sinistres et se préparer à y faire face. Ils conseillent également les autorités municipales et gouvernementales en vue de minimiser les risques. Ils sont fréquemment sur le terrain afin de rencontrer divers intervenants en sécurité civile. Lorsque survient un sinistre, ils collaborent avec ces derniers afin de coordonner les ressources disponibles.

Conseillère ou conseiller en sécurité incendie

Les conseillères et conseillers en sécurité incendie assurent un service-conseil aux municipalités régionales de comté et aux municipalités, ainsi qu’aux autres intervenants du milieu de l’incendie en ce qui a trait à l’organisation et à la réglementation en sécurité incendie. Ils contribuent à la planification, à l’organisation, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation de programmes gouvernementaux en sécurité incendie, ainsi qu’à la préparation et à l’élaboration d’outils et de documentation pour les clientèles dans ce domaine.

Conseillère ou conseiller en gestion de risques

Les conseillères et conseillers en gestion de risques exercent leurs responsabilités en lien avec la prévention des sinistres d’origine naturelle ou anthropique, ainsi qu’avec la préparation à ces événements. Ils travaillent en collaboration avec différents partenaires gouvernementaux, municipaux et du milieu de la recherche. Ils ont à analyser, à coordonner et à suivre des chantiers de même qu’à agir en concertation. Notamment, ils peuvent avoir à produire divers documents qui visent à guider ou à outiller les municipalités en lien avec la gestion des risques de sinistres ou encore à contribuer à la mise à jour de lois, d’orientations et de règlements en matière de sécurité civile.

Conseillère ou conseiller en planification

Ces conseillères et conseillers contribuent à la planification, à l’organisation et à la coordination des activités de l’Organisation de la sécurité civile au Québec ainsi qu’à l’élaboration et à la mise à jour des principaux cadres de référence et plans de contingence. Ils réalisent des travaux liés à la planification gouvernementale en sécurité civile lors d’événements ou de catastrophes qui sont susceptibles de mettre en péril la sécurité des biens et des personnes et qui nécessitent une coordination des différents ministères et des organismes gouvernementaux. Ils assurent un soutien lié à la planification de mesures de prévention et de préparation aux sinistres à les mettre en place, en collaboration avec différents partenaires.

Conseillère ou conseiller en télécommunication d’urgence

Les conseillères et conseillers en télécommunication d’urgence assurent un service-conseil au milieu municipal ainsi qu’aux intervenants du domaine des services d’appels d’urgence dans l’encadrement et le développement des centres d’urgence 9-1-1 (CU 9-1-1) et de certains centres secondaires d’appels d’urgence. Ils procèdent à la vérification des CU 9-1-1 et à l’inspection de certains centres secondaires d’appels d’urgence. À cette fin, ils effectuent des recherches afin de connaitre les bonnes pratiques et les tendances et analysent les éléments de preuve nécessaires en vue de formuler des recommandations aux autorités du ministère de la Sécurité publique.

Conditions salariales

À titre indicatif, l’échelle salariale est de :

45 219 $ (minimum de l’échelle) à 
83 243 $ (maximum de l’échelle) en date du 2 avril 2019.

En cas de disparité, l’échelle salariale déposée sur le site Internet du Secrétariat du Conseil du trésor  a priorité.

Particularités de l’emploi

Certains des emplois exigent des déplacements et de la disponibilité en dehors des heures normales de bureau.

Appel de candidatures en cours