Portail Carrières

Témoignages

Un stage dans la fonction publique, ça vous intéresse?

La fonction publique regroupe une vingtaine de ministères et une soixantaine d’organismes répartis dans la province. Forte de cette présence, elle offre un milieu de stage intéressant, dans une foule de domaines, à tous les types d’étudiantes et d’étudiants pendant leur cheminement scolaire. Chaque année, plus de 1 000 stagiaires profitent de cette expérience de travail enrichissante. Découvrez ce qu’ils en pensent et ce qui a motivé leur choix :

Et pourquoi pas?

Cédric Gonthier, conseiller en financement agricole



C’est grâce à ce stage et à l’expérience acquise, durant ces quelques mois, que j’ai su que je voulais travailler dans le domaine du financement agricole. Le stage a été une étape cruciale pour ma carrière. C’est ce qui m’a permis d’obtenir mon premier emploi en tant que professionnel.

En tant qu’étudiant en agroéconomie, comme bien des jeunes, je souhaitais obtenir un stage dans ma région, en Chaudière-Appalaches. Après quelques tentatives d’entrevues, j’ai dû ouvrir mes horizons et postuler dans d’autres régions. J’ai finalement déniché un stage en financement agricole à La Financière agricole du Québec (FADQ), au centre de services de Sherbrooke. Bien entendu, j’ai dû déménager pour quatre mois dans une nouvelle ville.

L’équipe du centre de services de Sherbrooke m’a très bien accueilli et accompagné tout au long de mon cheminement. De semaine en semaine, j’avais de plus en plus de responsabilités et de tâches à exécuter. Durant mon été, j’assistais à au moins une rencontre par semaine avec un client et j’ai eu l’occasion de visiter plusieurs entreprises, toutes productions confondues. C’est grâce à ce stage et à l’expérience acquise, durant ces quelques mois, que j’ai su que je voulais travailler dans le domaine du financement agricole.

Heureusement, à la fin de mon baccalauréat en agroéconomie, il a été beaucoup plus facile de me trouver un emploi qu’un stage! À cet effet, j’ai eu la chance que deux directeurs régionaux me contactent pour me proposer un emploi. Cela m’a permis de faire un processus de qualification particulier; un gros avantage dans mon cas. Il me suffisait de passer ce processus pour obtenir un emploi dans le centre de services de ma région, comme je l’avais espéré au départ.

Mon expérience ne fait pas exception. En effet, la FADQ fait des efforts considérables pour fidéliser ses stagiaires. Par exemple, seulement au centre de services de Lévis, nous sommes cinq anciens stagiaires maintenant embauchés à titre de conseillers en financement agricole.

Pour ma part, le stage a été une étape cruciale pour ma carrière. C’est ce qui m’a permis d’obtenir mon premier emploi en tant que professionnel en financement agricole.


Choisir ma région

Gabrielle Rivard, coordonnatrice en assurances agricoles

Mon stage à La Financière agricole m’a permis de sortir de l’université avec un emploi fiable, dans mon domaine et dans ma région, et de côtoyer des collègues dévoués et passionnés, tout comme moi.

J’ai commencé mon aventure à La Financière agricole du Québec (FADQ) avec un stage comme conseillère en financement agricole au centre de services d’Alma à l’été 2018. Ce stage, complémentaire à ma formation universitaire, m’a permis de travailler dans ma région et d’en apprendre davantage sur le secteur du financement.

À la fin de mon stage, on m’a offert de continuer à travailler pour la FADQ comme étudiante au centre de services de Lévis. J’ai pu poursuivre mes études à l’Université Laval tout en travaillant 14 heures par semaine dans un domaine qui me passionne.

Un an seulement après avoir obtenu mon diplôme, je suis fière de dire que je suis coordonnatrice en assurances agricoles au centre de services d’Alma. Mon stage à la FADQ m’a permis de sortir de l’université avec un emploi fiable, dans mon domaine et dans ma région, et de côtoyer des collègues dévoués et passionnés, tout comme moi.


Faire mon stage tout en poursuivant mes études

Kim Clayton, conseillère en technologies de l’information

J’ai obtenu mon premier stage au ministère de la Justice, à l’été 2016, au sein du Bureau de projets ministériel, en tant qu’analyste en planification et contrôle de projets. En plus d’avoir poursuivi mon parcours comme étudiante à la maîtrise en gestion de projets, j’y ai aussi effectué mon deuxième stage.

J’ai également eu la chance d’être embauchée, par la suite, et j’ai pu développer mes compétences en travaillant sur des mandats de transformation organisationnelle de la justice, un dossier prioritaire pour le Ministère.

Je travaille désormais au sein de la Direction des solutions d’affaires technologiques, où je peux appliquer quotidiennement ce que j’ai appris durant mes stages.

Vanessa Joanisse, maîtrise en gestion durable des écosystèmes forestiers

Je suis étudiante à la maîtrise en gestion durable des écosystèmes forestiers à l’Université du Québec en Outaouais, au campus de Ripon.

J’ai choisi de réaliser mon dernier stage de 2e cycle à la Direction de la gestion des forêts de l’Outaouais du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), d’abord pour la nature du mandat, soit la gestion intégrée et les consultations publiques.

J’y ai trouvé une expérience de stage enrichissante, où les défis et les échéanciers étaient stimulants et où je pouvais mettre concrètement en application les notions théoriques apprises en contexte scolaire.

D’ailleurs, j’espérais évoluer dans une équipe unie, dynamique et performante dans laquelle j’allais apprendre, m’émanciper et faire preuve de leadership. J’ai sans aucun doute eu la chance de la trouver au MFFP!

De plus, j’ai bonifié mon réseau de contacts en m’entourant de ressources professionnelles dont les expertises étaient diversifiées.

J’ai constaté également que les avantages de travailler dans la fonction publique impliquent d’accéder à un vaste ensemble d’outils pertinents et essentiels à la réalisation des mandats, de bénéficier d’un encadrement soutenu, tout en ayant une autonomie nécessaire au perfectionnement des compétences personnelles, d’avoir un salaire avantageux ainsi qu’un horaire flexible qui permet de concilier le travail et la famille, de même que la possibilité d’entreprendre une carrière après la fin des études universitaires.

Enfin, sachez que je recommande fortement la fonction publique québécoise, notamment le MFFP, pour la qualité de l’expérience de stage et l’expertise professionnelle qui la sous-tend.

Bons apprentissages!


Me faire offrir un emploi après mon stage, c’est possible!

Mathilde Asselin Van Coppenolle, avocate

J’ai récemment terminé mon stage en droit au ministère de la Justice. Dès les premiers jours, j’ai été sollicitée dans des dossiers d’action collective et des litiges d’envergure qui mettaient en cause la responsabilité civile de l’État. J’ai également rédigé mes premiers avis juridiques sur des sujets diversifiés, parfois même dans des dossiers d’importance stratégique.

J’ai bénéficié d’un encadrement qui m’a permis de gagner de la confiance et de l’autonomie et d’acquérir de nouvelles compétences. On m’a offert un poste d’avocate, à la fin de mon stage, et depuis, je demeure convaincue d’avoir fait le bon choix de carrière.

William Doucet, conseiller en gestion des ressources humaines

Dès que j’ai vu l’offre de stage à temps complet aux ressources humaines du ministère de la Justice, j’ai compris que c’était fait pour moi! J’ai eu la chance d’être accompagné par une équipe passionnée et professionnelle, en plus d’obtenir de super mandats tels que la promotion des emplois du Ministère.

J’ai aussi eu l’occasion de prendre part au processus de qualification particulier, qui n’est offert qu’aux étudiants et étudiantes et aux stagiaires de la fonction publique du Québec. Ce programme m’a permis d’obtenir un poste de conseiller dès la fin de mon baccalauréat! Quoi demander de mieux?


Parce que mon ordre professionnel l’exige

Catherine Audet, diplôme d’études supérieures spécialisées en comptabilité

Je suis fière de pouvoir dire qu’en faisant mes stages au Vérificateur général du Québec, je ne me suis pas trompée. Me voici, quatre ans plus tard, employée à temps plein, et mon sentiment d’appartenance est encore plus fort aujourd’hui.

Ce qui m’a attirée dans cet organisme, en premier lieu, c’est l’esprit de famille qui y règne ainsi que la diversité des mandats et la flexibilité des horaires. Je souhaitais également rester à Québec.

Actuellement, je participe à l’audit financier de la Société d’habitation du Québec. On m’a attribué l’une des plus grosses sections du dossier, ce qui représente un défi intéressant et une belle preuve de confiance de la part de mes supérieurs. On m’a également confié des dossiers de l’Autorité des marchés financiers, du Contrôleur des finances et de la Société du Grand Théâtre de Québec, ainsi que des mandats sur les ententes Québec-Canada relatives au marché du travail et sur les effectifs scolaires. La variété des mandats me permet d’apprendre énormément sur la façon dont fonctionnent les différents ministères et organismes, et c’est ce qui rend mon travail des plus intéressants.

Le travail d’équipe est très important au Vérificateur général. Non seulement il est important, mais les équipes sont bien réparties, et c’est vraiment plaisant. Je me suis toujours sentie soutenue et écoutée lors de mes stages, et c’est encore le cas aujourd’hui. On me donne le temps d’apprendre tout en réalisant ma performance de travail, et ce, sans pression. J’ai l’autonomie voulue pour gérer mes dossiers et mes horaires afin de pouvoir concilier ma vie personnelle et ma carrière.

Je veux également ajouter que j’ai tellement aimé la façon dont j’ai été recrutée par le Vérificateur général que j’ai eu le goût, à mon tour, de recruter des étudiantes et étudiants. Je fais maintenant partie du comité de recrutement. L’étape du recrutement est cruciale, dans une carrière, et je comprends le stress que les étudiantes et étudiants peuvent vivre. Mon but est de les mettre à l’aise et de leur transmettre la passion que j’ai pour mon emploi.

Travailler pour le gouvernement m’a permis de comprendre son fonctionnement et de découvrir sa complexité et son rôle auprès de la population. La mission du Vérificateur général est d’assurer une meilleure gestion des ressources et un plus grand contrôle parlementaire. À travers mes travaux, je sens que j’agis concrètement pour la population, car mon équipe défend ses intérêts.

Alex Pothier, porte-parole du ministère de la Justice

J’ai effectué mon stage du Barreau du Québec à la Direction du contentieux de la Procureure générale du Québec, où j’ai véritablement découvert le métier d’avocat plaideur. J’ai beaucoup aimé la diversité des dossiers qui m’étaient confiés et les enjeux soulevés.

C’est la qualité exceptionnelle de ce stage qui m’a motivé à poursuivre ma carrière au sein du ministère de la Justice. J’exerce maintenant mes fonctions à titre de conseiller en litige au bureau de la sous-ministre, en plus d’être le porte-parole du Ministère.

Je participe régulièrement à des activités d’information sur les stages qu’offre le Ministère aux étudiants et étudiantes en droit, parce que je suis convaincu qu’il s’agit du meilleur milieu pour terminer sa formation et pour entamer sa carrière.


Un milieu de travail inclusif

Adel Mbarek, maîtrise en administration publique

J’ai obtenu mon stage au ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, en janvier 2020, dans le cadre de mes études de maîtrise à l’École nationale d’administration publique à Montréal.

Le stage m’a permis de découvrir les spécificités de la gestion des organismes publics et de contribuer aux travaux de la Direction de la gestion intégrée des risques et de l’assurance qualité. J’ai eu l’occasion de saisir la complémentarité entre les activités d’amélioration continue, de gestion des risques et de contrôle interne, ainsi que l’importance de la pluridisciplinarité en matière de capacités prévisionnelles afin d’atteindre les objectifs de l’organisation.

Mon implication dans les différents travaux de planification, de rédaction et de conception ainsi que ma participation aux réunions et aux ateliers m’ont permis de découvrir la dynamique et la synergie qui animent la mission du Ministère et les relations au sein de l’équipe. Cette enrichissante expérience professionnelle me permettra d’adapter et de consolider mes compétences et d’acquérir les aptitudes requises pour me joindre à la fonction publique du Québec.